Mud Day 2015 : ils l’ont fait !!!

Le dépassement de soi et l’esprit d’équipe furent à l’honneur le 12 avril dernier pour les sportifs Symetrixiens, qui n’ont pas hésité à aller se plonger dans la boue au nom du sport.

Retour sur une histoire folle :
Tout a commencé lorsqu’en début d’année, Adrien Jamot lance une idée saugrenue :
« Et si on participait au Mud Day ? 13 km, 22 obstacles et beaucoup de boue ! Qui est partant ? »
C’est ainsi qu’à la surprise générale, 11 compères, peut-être inconscients ou un peu fous (voire les deux) ont répondu à l’appel pour former 3 équipes de 4 (parce que oui, ça se fait aussi en équipe et c’est tellement mieux à plusieurs, et oui certains n’ont pas couru depuis plus de dix ans).
Commencent alors 2 mois de préparation physique après un hiver d’hibernation musculaire, jusqu’à ce fameux 12 avril.
Arrivée le matin sur les lieux, beau temps ensoleillé, et découverte du village départ en musique. Retrait des dossards et là, stupeur : d’un côté les premiers volontaires de la journée qui s’échauffent, on dirait un camp militaire; les instructeurs hurlent des ordres et les aspirants « mud guys » s’exécutent. De l’autre on aperçoit une partie du parcours : murs, plans inclinés et coureurs couverts de boue.
« Mais que fait-on ici », pensent certains.
On se restaure pour prendre des forces, puis vient notre tour à 13h30; on s’échauffe version « chef oui chef »…
A 13h40, on est sur la ligne de départ :
« Maintenant il n’y plus d’hommes, ni de femmes, mais uniquement des Mud Guys » lance un instructeur.
Dans un dernier « Mud Guys, quel est votre métier ? » nous voici hurlant « LA BOUE, LA BOUE, LA BOUE » tout en nous élançant à l’assaut du parcours. Les premiers kilomètres passent facilement; on court, on rampe un peu sous les barbelés, on profite du paysage magnifique avec le lac et son bleu azur.
Puis arrivent les premiers murs entourés de boue. C’est haut, la boue nous cloue au sol. On s’entraide pour les franchir, et on enchaîne avec un bain intégral dans l’eau encore froide du lac de Peyrolles.
A partir de là c’est un florilège : espaliers, pyramides de foin, tuyaux étroits, échelle horizontale et surtout montagnes et bains de boue.
On galère, on souffre mais on se soutient, on est solidaires. On n’abandonne pas un camarade !
Les kilomètres et les obstacles s’enchaînent, le temps passe et la fatigue se fait sentir. Nous sommes couverts de boue à en être méconnaissables, des Mud Guys en somme. Enfin on voit l’arrivée; encore un dernier bain dans de l’eau à 5 degrés puis une forêt de fils électriques et nous passons la ligne au bout de 3 heures intensives.
Personne n’a abandonné.
Nous sommes accueillis en héros et avons droit à une collation bien méritée. Ça y est, nous avons gagné notre titre de « Mud Guys », médaille et t-shirt à l’appui. La fierté est de mise et non dissimulée malgré la fatigue…
Quelle aventure !!  Nous pouvons dire merci et encore bravo à Virginie Kaufmann, Maud Gendronneau, Maëliss Triquet, Anne-Claire Lathuiliere, Aurore Morfin, Simon Camilotti, Kim Upjohn, Pascal Stievenard, David Costa, Laurent Sadeg, Emile Voiron et Adrien Jamot l’instigateur de ce pari fou, nos Mud Guys et Mud Girls pour ce grand moment de sport et de fraternité !