L’Allemagne, le pays où le jeu c’est du sérieux !

Tous les ans, le troisième week-end d’octobre, se tient le plus grand salon de jeu de société du monde. 48000 m² d’exposition répartis en trois immenses halles accueillent les éditeurs du monde entier et les 150000 visiteurs venus partager une passion commune, le jeu.

Cette année 3 consultants de Symetrix se sont rendus sur place, pour identifier les caractéristiques et composantes de l’actualité ludique outre Rhin. Quelles sont les tendances du marché des particuliers ? Qui joue ? A quoi joue-t-on ?

En Allemagne le marché du jeu représente 4 fois celui de la France. Mais la première tendance à noter, c’est l’omniprésence des Français, les plus grands stands, les nouveautés les plus originales, les jeux les plus prisés, sont français. Près de 30% de l’espace du salon est occupé par les Français. Les éditeurs Matagot et Repos production qui, il y a deux ans, se partageaient l’espace du distributeur Asmodée, ont désormais leurs propres stands. Pendant 4 jours trouver une place pour découvrir un jeu sur l’un de ces stands relève de l’exploit.

Le secteur du jeu de société français se porte bien : en 4 ans la société Asmodée a multiplié son chiffre d’affaires par 4, devenant le premier distributeur européen avec près de 200 millions d’euros.

Autre tendance remarquable la présence de plus en plus marquée des éditeurs venus de l’Est : Tchèques, Polonais, Russes, et même Coréens ou Japonais proposent des jeux originaux et se font une place dans l’univers du jeu de société. En France, l’éditeur Iello distribue et traduit les perles ludiques des anciens pays du bloc de l’est.

Le marché du jeu français murit. Il s’appuie sur des distributeurs solides, des auteurs éclairés, des éditeurs aussi sages que réactifs et une véritable puissance de communication, recette idéale qui favorise son essor.