Le Blended Learning, ça ne marche pas, sauf si… – –

 

le magazine de référence e-learning. Actualités & Stratégies e-learning. Actualité et stratégies, marché, dispositifs, contenus, technologies, pratiques et tendances…

Source: www.e-learning-letter.com

Symetrix intervient aux Deuxièmes Rencontres de la Formation Continue

Organisées par la promotion 2015-2016  du parcours “Ingénierie de la formation”  du Master  des sciences de l’éducation  de l’Université Grenoble-Alpes, les Deuxièmes Rencontres de la  Formation Continue auront lieu jeudi 21 janvier 2016, à partir de 17h30 (IUT 2, Place Doyen-Gosse, Grenoble).

Ces rencontres ambitionnent d’être un lieu d’échanges entre tous les acteurs de  la formation continue : services RH et Formation, conseil en ingénierie de formation, dirigeants d’entreprises et décideurs locaux.

Maxence-Vaché_SYMETRIX

 

Le thème, cette année, est : “Apprendre, se former et travailler avec le jeu sérieux”.

Maxence VACHÉ, consultant Game Design au sein de SYMETRIX depuis 5 ans interviendra notamment sur le sujet : “Le jeu : Avenir de la formation ?

 

 

Des moments d’échanges sont prévus.
Vous pourrez ainsi trouver réponses aux problématiques suivantes :

  • En quoi  les jeux sérieux  empruntent-ils aux jeux classiques ?  
  • Sont-ils applicables à tous les domaines ?
  • En quoi les jeux sérieux, qui ont pour finalité un apprentissage, sont différents des jeux classiques, dans leur conception ?
  • L’ergonomie des environnements virtuels n’est-elle pas trop symbolique pour permettre un apprentissage effectif ?
  • L’artificialité de la situation d’apprentissage peut-elle être un frein à ce transfert de connaissances ?
  • Quelle évaluation de ces dispositifs peut être envisagée ?  
  • Quel  accompagnement (et préconisations) doivent être pensés lors de la mise en place et l’utilisation des jeux sérieux ?

Pour tout renseignement (inscription gratuite) :
http://2eme-rencontres-de-la-formation-continue-jeux-serieux-et-format.evenium.net

Deuxièmes Rencontres de la  Formation Continue 
Jeudi 21 janvier 2016
17h30 – 20h
IUT 2 (salle 110)
Place Doyen-Gosse, Grenoble

erdf enquête électrique serious game sgs

Serious Game : Les techniciens d’ERDF mènent l’enquête…pédagogique.

ERDF utilise des serious games sous forme d’enquêtes policières interactives pour sensibiliser ses agents au risque électrique.

Pour sensibiliser ses techniciens au risque électrique et les inciter à la prévention, ERDF leur fait  résoudre des enquêtes policières construites à partir d’accidents réels. Il s’agit de modules de formation interactifs conçus par Symetrix, avec des supports vidéos, photos, des documents  papiers, et animés en petits groupes par  les managers.

 LUDIQUE ET INNOVANT

«Nous avons constaté en 2012 une recrudescence des accidents liés au risque électrique, qui représentent 5% de nos accidents annuels. Nous avons pensé que les fiches de prévention adressées à tous les agents après chaque accident n’étaient pas assez efficaces et qu’il fallait marquer les esprits par un outil ludique et innovant», explique Jean-Philippe Hugon, qui suit l’accidentologie à la Direction Santé et Sécurité d’ERDF.

Symetrix, spécialiste du serious game et déjà connu d’ERDF, a donc  proposé ces enquêtes interactives avec supports vidéos : Un enquêteur arrive sur les lieux de l’accident un incendie s’est déclaré dans le local électrique d’un magasin, par exemple, où un technicien vient d’intervenir, ou bien, un câble électrique est tombé sur le camion de service, blessant un agent.
«A partir de ces situations, les participants choisissent des pistes d’investigation – témoignages filmés des protagonistes, documents de travail, plans d’intervention, notes de service, photos, etc. – afin de reconstituer l’enchaînement des faits et d’identifier les défaillances des agents », explique Virginie Rosset, Directrice de Production à Symetrix.

La résolution d’une enquête dure deux heures et demie. Le module comprend un kit de jeu sur clé USB et un guide d’animation destiné au  manager, qui doit insister sur les mesures de prévention. Cet outil visant avant tout la sensibilisation, ERDF n’a pas souhaité intégrer de système d’évaluation.

Depuis 2012, l’entreprise a fait réaliser sept enquêtes, et deux autres sont en cours. Chacune d’elles cible un type d’accident et une catégorie de techniciens concernée par ce risque. Les quatre premières ont été déployées auprès de 15000 agents, les suivantes concernaient quelques métiers spécifiques.
«Je décide en lien avec les préventeurs sur quels accidents il convient de faire passer des messages au niveau national, puis Symetrix étudie la faisabilité d’une enquête et redécoupe l’histoire pour la scénariser » explique Jean-Philippe Hugon. ERDF cherche ensuite parmi ses agents une équipe de volontaires qui acceptent de participer et d’être filmés comme témoins ou protagonistes de l’histoire sur le lieu de l’accident.

« Le tournage vidéo coûte cher, mais cela donne un aspect  réaliste qui a plus d’impact qu’un dessin animé», souligne-t-il. Les tarifs de Symetrix  pour ce type de serious  game avec tournage vidéo vallent entre 40 000 et 60 000 euros. En plus du prix de la prestation, ERDF investit environ la moitié de cette somme pour le travail en amont, la conception des guides d’animation et la mise à disposition d’agents pendant  le tournage. « En termes de bilan, nous avons de bons retours de la filière prévention, et même si le nombre d’accidents électriques n’a pas diminué, les erreurs traitées dans les enquêtes ne se sont pas reproduites par  la suite », conclut Jean-Philippe Hugon.

Article de Mariette KAMMERER
Entreprise et Carrière, Nov/Déc 2014

formation elearning kit présentiel presse

Entreprises de formation : ne choisissez plus entre elearning et session présentielle !

Veille Média dans les RH – Indice RH

via Entreprises de formation : ne choisissez plus entre elearning et session présentielle ! | Indice RH.

 

Lorsqu’on est une entreprise désireuse d’offrir une formation à ses salariés le choix est si vaste qu’il est facile de s’y perdre. Et lorsqu’on est une entreprise de formation ou de coaching, il n’est pas toujours facile de valoriser son offre. D’autant qu’à l’heure où le elearning et le social learning sont dans toutes les bouches, comment mettre en avant la valeur ajoutée fondée des formations « traditionnelle » en présentiel ? Comment s’adapter aux besoins des apprenants, certains issus d’une génération Y habitués à trouver de l’information à l’aide de la communauté, par eux-mêmes, avec des contenus tout en interaction, et de plus en plus souvent en vidéo.

Les grands groupes et organisations commencent à intégrer ces nouvelles modalités de formation, et sont de plus en plus nombreuses à proposer des formations s’appuyant sur le mode présentielle et distancielle, c’est aussi ce que l’on appelle le blended learning.

Elles s’appuient également sur des leviers de motivation dans l’apprentissage tel que : l’hybridation, la ludification et la socialisation. L’hybridation, telle qu’elle est entendue ici, permet d’adapter les approches pédagogiques en utilisant selon les besoins, les modalités distancielles et présentielles. La ludification, l’apprentissage par le jeu, quant à elle motive et engage les apprenants à développer leurs compétences. Et enfin la socialisation favorise l’apprentissage collaboratif dans les temps formels, non formels et informels.

Cette « modernisation » de la formation vise à valoriser son actif mais aussi à développer l’accessibilité des formations. Il n’est pas question d’en changer le fond et d’en faire du tout à distance, mais de l’adapter, sans oublier de garder l’âme de sessions présentielles très souvent animées par des passionnés !

Voici quelques pistes pour les entreprises de formations pour mieux appréhender la transition :

  • Valoriser les supports et guides pour apprenant

Fini les polycopiés et photocopies, distribués de formation en formation, les tests papiers à remplir par les apprenants entre les de sessions de formation ou les paperboards gribouillés ! Place à des supports électroniques partageables, diffusables et modifiables.

  • Créer un espace « formation » pour chaque utilisateur
    Etude de cas, enregistrement vidéo de séminaires, compléments d’informations, schémas, exercices pratiques… diffusez-les sur votre site : d’une part, les documents sont consultables à volonté par les apprenants, et d’autre part, cela fait gagner du temps au formateur qui peut y faire référence, faute de ne pouvoir adapter ces sessions qui ne sont jamais assez longue pour tout montrer.

  • Optimiser les temps de sessions présentielles en utilisant le distancielle
    Non, le e-learning et autres formations à distance ne tue pas les formations présentielles ! Car rien ne remplacera l’échange en direct, le « live » et le charisme du formateur. C’est pourquoi les formations doivent être construites en intégrant ces deux formats. Par exemple, en diffusant du contenus de formation en amont de la formation, ou en réalisant les tests de positionnement à distance, pour optimiser le temps du présentiel pour les travaux de groupe.

  • Créer une communauté
    La formation présentielle est aussi le moyen de faire des rencontres. La création d’un groupe d’apprenants connectés, participe à la création de réseaux qui, en plus d’enrichir les contenus de méthodes, bonnes pratiques, ou retours d’expériences… permet de promouvoir la formation en y intégrant de potentiels clients.

  • Alterner les sessions présentielles et distancielles
    Surtout pour les cursus long, avec des sessions en présentielles espacées de plusieurs semaines voir, de plusieurs mois, le quotidien nous rattrape vite, et les temps fort de formation sont s’oublie…. L’utilisation d’activités elearning et communautaires durant les inter-sessions, permet aux participants de rester « connectés » et « conditionné » avec le thème de la formation.

  • Motiver les utilisateurs pour « consommer », et aussi à «  créer » du contenu 
    La plateforme pourra être « gamifiée » c’est-à-dire enrichie de badges, de points, de classement pour inciter les utilisateurs à interagir entre eux, de suivre leur progression, de devenir addict à la formation !
    Par exemple, gagner des badges de progression me donne accès à de nouveaux contenus, je gagne des points proposant des liens externes pour compléter un sujet, et remonter dans le classement de groupe !

  • Diversifier les activités et médias :
    Documentation, tests de profil et d’évaluation, vidéos des séminaires, elearning, pensées sonores, citations, articles de blog, groupes de discussion, tchat, et coaching à distance… sont autant de média qui utilisent plusieurs modalités d’apprentissage, et permettent ainsi de toucher une audience plus large.

En suivant ces pistes, les entreprises de formations pourront mieux développer leur business en créant des dispositifs innovants de formation et d’évaluation sur-mesure.

 

Décryptage d’une expression langagière

Rien de tel, pour commencer la journée, qu’un peu de culture. Il n’y a pas mieux pour briser la glace (à Grenoble) ou engager la conversation lors du déjeuner (pour les plus timides). Je vous propose aujourd’hui de décortiquer une expression langagière française courante et de découvrir son origine. Naturellement, ces expressions aborderont notre domaine : les processus d’apprentissage, sinon, cela ne serait pas drôle.

Pour commencer, connaissez-vous l’origine de l’expression proverbiale « Un homme averti en vaux deux ! » ?

Ce qu’il faut comprendre : Lorsqu’un individu est prévenu (d‘un danger ou d’un évènement), on y fait davantage attention et on peut s’y préparer.

Son origine : Une personne avertie des risques qu’elle encourt, des dangers potentiels qui l’attendent sera sur ses gardes, fera attention et sera donc moins facilement surprise qu’un individu non prévenu. Vis-à-vis d’un éventuel attaquant, un homme averti sera nettement plus efficace (deux fois, si l’on s’en tient au proverbe) qu’un autre qui ne l’est pas.

Au XIIe siècle, avertir s’utilisait sous la forme pronominale « soi avertir » pour dire « s’apercevoir » puis sous une forme active pour dire « faire attention à ». Son sens a évolué pour, au XVe siècle, prendre la signification actuelle de informer. Et c’est au milieu du XVIIe que notre proverbe apparaît, d’abord précédé de « une personne avertie en vaut deux » et accompagné en parallèle de la forme « un averti en vaut deux ».

Pour utiliser les bonnes expressions à l’étranger, amusez-vous à observer les traductions proposées dans les langues suivantes :

Et la formation dans tout ça ? Vous souhaitez faire acquérir des connaissances particulières à votre public, mettez toutes les chances de votre côté. Vous avez des problématiques HSE importantes, des besoins en management, en force de vente… N’oubliez pas qu’un homme (bien) averti en vaut deux.

Le SGS à l’école ?

Chez Symetrix nous sommes depuis longtemps convaincus de l’intérêt d’utiliser le jeu dans la formation. Les expériences réussies de mise en œuvre des Serious Game Sessions dans des formations professionnelles en présentiel et la démocratisation des outils numériques dans les usages quotidiens, nous amènent tout naturellement à vouloir appliquer notre approche du jeu pour l’apprentissage dans d’autres contextes de formation, et notamment dans le contexte scolaire.

 

Pour partager notre point de vue, le concept de SGS a été présenté dans un article publié dans le n°50 de la revue Argos en décembre dernier. Les perspectives d’utilisation dans l’enseignement scolaire et notamment dans l’enseignement des langues y sont mises en évidence.

Jeu et nouvelles technologies au service de l’apprentissage et ce, quels que soient le contexte ou le public cible, de la maternelle à la formation continue des adultes, en passant par le primaire et le secondaire, on y croit ! Et vous ?

Retrouvez cet article en cliquant sur le lien suivant !

Le projet BI Quest star de la presse…

La presse a été unanime ce premier trimestre : le projet BI Quest développé dans le cadre de la mise en place du parcours d’intégration des nouveaux arrivants chez Bouygues Immobilier, est une véritable réussite !

Pour rappel, le projet BI Quest se caractérise par la mise en place :

  • d’un Serious Game Session® où les équipes sont projetés dans le monde entièrement simulé d’un chef de projet immobilier avec à disposition, jeux de cartes, tablettes tactiles, écrans géants ;
  • d’un Learning Game sur le thème de la diversité et de la performance.

Retrouvez cet article en cliquant : sur le lien suivant.

Plus d’informations sur le projet Bouygues Immobilier dans l’étude de cas dédiée.

Natixis innove dans la formation des trésoriers d’entreprise

Le Lab Cash management, cellule d’innovation de Natixis dédiée aux métiers du cash management, souhaitait proposer à ses clients trésoriers d’entreprise un dispositif de formation multi support aux pratiques du cash management.

C’est ainsi qu’est né, avec le soutien de Symetrix, le dispositif « myCampus Cash management ».

Explications avec Olivier Laborde, responsable marketing et innovation Cash management chez Natixis.

Qu’est ce que myCampus Cash management ?

Il s’agit d’un dispositif de formation innovant, intégrant plusieurs variétés de supports : serious game, formation e-learning, web TV, FAQ (foire aux questions), etc. Nous vivons une révolution technologique et réglementaire des moyens de paiement. Nous essayons donc de fournir des supports d’information et des conseils à nos clients pour les aider à s’y retrouver.

Lire la suite de l’article sur le site de formaguide.com.

Retrouvez également notre communiqué de presse relatif à ce projet en cliquant ici.

Le monde du e-Learning, entretien avec Vincent DUPIN

Dans sa série d’entretiens menés auprès des principaux acteurs du marché de la formation, Sally-Ann MOORE nous propose aujourd’hui, l’interview de Vincent DUPIN, directeur adjoint de la société Symetrix.

Avenir du e-Learning et de la formation de manière plus générale, perspectives chez Symetrix… retrouvez l’intégralité de cet entretien sur le site de myRHLine, en suivant le lien : http://www.myrhline.com/actualite-rh/serie-d-entretiens-monde-du-elearning-vincent-dupin-directeur-adjoint-symetrix.html.

EDF témoigne sur Ludovia.com

Ludovia revient sur le projet de Serious Game Session® développé par Symetrix, pour EDF, dans le cadre de la formation des nouveaux arrivants de la Direction Commerce.

Avec le témoignage de Pascale LOSTAU-GOELDEL, chef de projet formation au sein du pôle formation de la DRH Commerce EDF.

Lire l’article.