Le Blended Learning, ça ne marche pas, sauf si… – –

 

le magazine de référence e-learning. Actualités & Stratégies e-learning. Actualité et stratégies, marché, dispositifs, contenus, technologies, pratiques et tendances…

Source: www.e-learning-letter.com

Générations X,Y,Z : sortons des stéréotypes…

 

… et intéressons-nous aux individus ! S’il y a bien un sujet qui, depuis des années, semble passionner une grande partie de ceux qui s’intéressent au monde de l’entreprise, c’est bien celui qui a

Source: www.linkedin.com

Télématin – – 25-01-2016

Télématin diffusé le 25/01/2016 dans Télématin : Le ILearning Forum – Actualités sportives – Grenoble : Georgia O’Keeffe à l’honneur – L’épopée du premier sous-marin nucléaire – Berlin – Revue de presse – Les

Source: www.france2.fr

Le ilearning en lumière sur France  2 avec un focus sur Bioderma park désigné par Symetrix

Symetrix intervient aux Deuxièmes Rencontres de la Formation Continue

Organisées par la promotion 2015-2016  du parcours “Ingénierie de la formation”  du Master  des sciences de l’éducation  de l’Université Grenoble-Alpes, les Deuxièmes Rencontres de la  Formation Continue auront lieu jeudi 21 janvier 2016, à partir de 17h30 (IUT 2, Place Doyen-Gosse, Grenoble).

Ces rencontres ambitionnent d’être un lieu d’échanges entre tous les acteurs de  la formation continue : services RH et Formation, conseil en ingénierie de formation, dirigeants d’entreprises et décideurs locaux.

Maxence-Vaché_SYMETRIX

 

Le thème, cette année, est : “Apprendre, se former et travailler avec le jeu sérieux”.

Maxence VACHÉ, consultant Game Design au sein de SYMETRIX depuis 5 ans interviendra notamment sur le sujet : “Le jeu : Avenir de la formation ?

 

 

Des moments d’échanges sont prévus.
Vous pourrez ainsi trouver réponses aux problématiques suivantes :

  • En quoi  les jeux sérieux  empruntent-ils aux jeux classiques ?  
  • Sont-ils applicables à tous les domaines ?
  • En quoi les jeux sérieux, qui ont pour finalité un apprentissage, sont différents des jeux classiques, dans leur conception ?
  • L’ergonomie des environnements virtuels n’est-elle pas trop symbolique pour permettre un apprentissage effectif ?
  • L’artificialité de la situation d’apprentissage peut-elle être un frein à ce transfert de connaissances ?
  • Quelle évaluation de ces dispositifs peut être envisagée ?  
  • Quel  accompagnement (et préconisations) doivent être pensés lors de la mise en place et l’utilisation des jeux sérieux ?

Pour tout renseignement (inscription gratuite) :
http://2eme-rencontres-de-la-formation-continue-jeux-serieux-et-format.evenium.net

Deuxièmes Rencontres de la  Formation Continue 
Jeudi 21 janvier 2016
17h30 – 20h
IUT 2 (salle 110)
Place Doyen-Gosse, Grenoble

Symetrix au Solutions RH – eLearning Expo, du 24 au 26 Mars à Paris – Porte de Versailles

Rendez-vous sur notre stand A44 pour découvrir ou redécouvrir nos réalisations et échanger sur vos projets de formation.
Au programme, présentations et démonstrations de nos solutions de formation sur-mesure, interventions de nos consultants.

NOTRE PROGRAMME

Embarquement immédiat pour de nouvelles expériences d’apprentissage !

Suite à la réforme, il est temps de reconsidérer les situations d’apprentissage dans une stratégie globale d’entreprise. Participez à plusieurs expériences d’apprentissage innovantes
et décalées et découvrez comment révéler l’Humain pour améliorer la performance de l’entreprise.

Conférence, avec l’équipe SYMETRIX, jeudi 26 mars, 11h00
 

L’entreprise, maître de son eLearning

Quelles sont les solutions à disposition de l’entreprise afin de gérer en autonomie son parcours de formation et plus particulièrement son eLearning : Outils auteurs, Rapid Learning, contenus sur étagères… Quels avantages ? Quelles limites ? Pour quels types de formation ?

Table ronde avec Rodolphe Ollivier, mercredi 25 mars, 12h00
 

Moodle by Symetrix, une expérience d’apprentissage sur-mesure

Luca Bisognin, consultant TICE & Innovations chez Symetrix, présente notre approche en matière de personnalisation de la plateforme LMS open source Moodle.
Lors de cet atelier, plusieurs exemples de réalisations clients, démontrent la diversité des usages possibles : de formation simple à la mise en place de MOOCs ou encore la mise en oeuvre de dispositifs dédiés à l’apprentissage par communautés de pratiques, Moodle répond aujourd’hui à tous ces besoins !

Avec Luca Bisognin, mardi 24 mars, 17h30

 

Liens utiles:

La nouvelle vague de l’apprentissage : une histoire d’ondes

“Non aujourd’hui je suis fatigué(e), vraiment, pas le goût de suivre cette formation… en plus j’ai pas dormi de la nuit, faute à la poussée dentaire du petit dernier… non, vraiment, là, je le sens pas, j’ai le cerveau qui marche au ralenti…

Combien d’entre nous avons déjà participé à une formation, un cours, un e-learning en portant avec nous son bagage de fatigue ou de démotivation ? Cette sensation d’être physiquement présent, accompagnée de la désagréable sensation que le savoir rebondit sur nous, luttant contre un corps hermétique à tout apprentissage ?

Le rapport à la disponibilité de l’apprenant, et de son engagement dans sa formation est une préoccupation fondamentale pour qui veut transmettre des connaissances efficacement. Et c’est d’autant plus vrai en andragogie, face à des apprenants qui n’ont plus l’habitude d’être formés.

Quelles conditions pour un bon apprentissage ?

Très souvent on demande à l’apprenant de s’assurer d’être bien installé, dans un environnement calme et propice au maintien de l’attention. Très souvent on s’efforce de lui préparer des séquences d’apprentissage courtes : il est plus facile d’obtenir une attention soutenue de sa part sur un module d’une dizaine de minutes que sur 30 minutes intensives !

De temps en temps on veille à intégrer des “pauses respiratoires” ou des virgules ludiques pour laisser le temps à l’apprenant de “respirer” entre deux phases d’apprentissage. Moins souvent on se pose la question de savoir si le temps de formation correspond à un horaire adéquat respectant le rythme “biologique” d’apprentissage…

On le sait très bien maintenant (cf. Smolensky et al. 2001), on travaille mieux après 10h et après 15h, qui correspondent à des temps d’éveil maximum et à des temps d’optimisation de notre coordination, de notre temps de réaction, de notre efficacité cardiovasculaire et de notre force musculaire (rien que ça !).

Inutile donc de vouloir se former en arrivant au bureau à 8h, ou juste après manger, ou voire pire entre deux rendez-vous clients… Autant de facteurs entraînant un désengagement de l’attention… et en conséquence de mauvaises conditions d’apprentissage.

Alors vous me direz :

  • c’est bien beau, mais moi, si mon seul moment pour me former c’est justement après le déjeuner ou encore entre deux rendez-vous ?

Et bien je vous répondrais :

  • Essayons alors de recréer des conditions qui favorisent l’engagement et la mobilisation cognitive.

Comment ?

Une piste sérieuse se dessine autour de l’état  “électro-neuronal” du cerveau de l’apprenant au moment où il réalise sa tâche. En d’autres termes, si nous sommes sous tension, nos capacités cognitives ne seront pas aussi efficientes que si nous sommes en situation de calme pour effectuer notre tâche.

Serait-ce une clé pour (re)mobiliser le cerveau et ainsi faciliter sa capacité à apprendre ? Pourquoi pas !

Selon une étude de Cassaday et al. (2002), il s’avère qu’au cours de notre journée (de travail par exemple), notre cerveau travaille sur ce que l’on nomme “les ondes bêta” d’une fréquence de 15 à 28 Hz.

Il existe par ailleurs d’autres ondes, appelées “alpha”, dont la fréquence est inférieure (entre 7 et 15 Hz), intervenant lorsque nous sommes en état de relaxation ou juste avant de nous endormir (ces ondes sont différentes de celles du sommeil). Ces ondes alpha sont caractérisées par l’effet de “calme” qu’elles produisent sur le cerveau.

Ondes alpha… ondes bêta… Quel rapport avec l’apprentissage ?

L’étude révèle que les ondes alpha mettent le cerveau dans un état plus calme, plus réceptif, plus créatif et que de surcroît il mémorise mieux.

Si l’apprenant est placé dans un état de “relaxation”, il active ces ondes alpha qui vont faciliter une meilleure performance du cerveau, et en conséquence il mémorisera mieux les informations. Mieux qu’il ne le ferait classiquement avec les ondes bêta.

De la même façon, se mettre à nouveau en état de relaxation avant de faire émerger les informations mémorisées sous ondes alpha facilite le rappel ce celles-ci.

Quelles conclusions en tirer ?

Avant d’imaginer les bonnes conditions matérielles, technologiques, informatiques d’apprentissage, une approche plus pertinente serait de mettre, avant toute chose, son cerveau dans de bonnes conditions d’apprentissage. De la même façon qu’il apparaît plus pertinent que le conducteur d’une voiture soit d’abord disposé à prendre le volant (état d’ébriété, ou de fatigue simplement) avant de considérer le bon état de son véhicule (ce qui d’ailleurs ne serait possible que s’il était vraiment en état de le faire…).

Nous pourrions ainsi imaginer offrir à nos apprenants une expérience de relaxation courte avant le début de formation, et une seconde expérience du même type avant une phase d’évaluation des acquis. Ceci pour maximiser leurs chances de mémoriser les savoirs, les savoir-faire ou savoir-être pour lesquels nous souhaitons les faire progresser !

À méditer 🙂

A suivre dans le prochain épisode : les meilleures techniques pour y parvenir !

Références bibliographiques :

Cassaday H J, Bloomfield RE, Hayward N. Relaxed conditions can provide memory cues in both undergraduates and primary school children. British Journal of Educational Psychology, Volume 72, Issue 4, pages 531-547, Decembre 2002]
Michael Smolensky, Lynne Lamberg, The Body Clock Guide to Better Health : How to Use Your Body’s Natural Clock to Fight Illness and Achieve Maximum Health, Henry Holt and Company,‎ 2001

moodle

L’optimisation de Moodle : l’évolution par l’expertise

Améliorer votre plateforme LMS

Pourquoi ? Tout simplement parce que votre plateforme va évoluer et par conséquent, votre serveur ne sera plus en adéquation avec son utilisation. Au delà d’un certain nombre d’utilisateurs ou parce que votre Moodle possède beaucoup de contenu, il arrive que votre plateforme LMS préférée rencontre les symptômes suivants :

  • votre Moodle est devenu trop lent ?
  • l’envoi de fichiers ne fonctionne plus correctement ?
  • il devient impossible de se connecter ?
  • certaines images disparaissent ?
  • vous perdez des éléments ?
  • et parfois même, votre serveur “crash” !!!

Si vous êtes dans l’un de ces cas, c’est le signe que votre Moodle a besoin d’être optimisé. Cette opération peut se faire de différentes façons : améliorer le matériel, améliorer les logiciels et enfin configurer efficacement l’existant.

Installer du nouveau matériel ou acheter de nouvelles licences logiciels peut s’avérer coûteux, il est donc plus judicieux de configurer votre serveur et votre plateforme en premier lieu : cela revient à entretenir Moodle. Après tout, changeriez-vous de voiture si vos pneus étaient simplement usés ?

A l’écoute de nos clients, notre démarche qualité nous amène à trouver des solutions pour obtenir la pleine satisfaction de leur plateforme Moodle. Notre expertise permet de retrouver une plateforme efficace comme au premier jour de son installation et plus encore.

Expertise Moodle

Moodle dispose de ses propres tests, disponible dans la partie “Administration du site > Développement”. Ces tests sont les suivants :

  • Tests d’acceptation : permet d’assurer que Moodle est conforme aux spécifications
  • Créer des cours de test : permet de générer des cours aléatoires
  • Créer un plan de test JMeter : permet de mesurer les performances et les charges
  • Tests unitaires PHPUnit : permet de valider chaque fonction individuellement

Ces tests couvrent en grande partie les besoins utilisateurs et vérifient que votre Moodle soit bien conforme à vos exigences. Par ailleurs, certains tests demandent un niveau technique suffisant pour être correctement interprétés.

Le test le plus important à réaliser est le plan de test JMeter car il vérifie si votre serveur “tient la route” en cas d’utilisation massive. Toutefois, Moodle déconseille d’exécuter ce test sur un système en production, il faut donc dupliquer ce système sur un nouveau serveur.

Il est à noter que ces tests, bien que de bonne qualité, donnent des résultats approximatifs. En effet, la logique de ces tests n’est pas une logique humaine et vos utilisateurs n’utiliseront pas Moodle comme le ferait une simulation aussi complexe soit-elle.

Moodle évolue, faites donc évoluer votre configuration !

La majorité des logiciels pour faire fonctionner Moodle sont installés avec une configuration standard : ils sont souvent corrects au début mais perdent cette adéquation avec le temps.

Quelques tests permettent de mettre en évidence ces défauts et il suffit de quelques minutes avec un bon diagnostic pour retrouver une plateforme convenable.

Au delà des tests inclus dans Moodle, nous vous invitons à utiliser des outils complémentaires tel que :

  • XDebug : permet d’analyser point par point chaque fonction PHP et ainsi soulever des temps de latence trop importants.
  • Le journal des requêtes SQL : souvent intégré dans votre base de données, il permet de contrôler chaque requête et vérifier leurs temps d’exécution.

Au delà des tests et des dernières mises à jour de Moodle, vous pouvez aussi utiliser des solutions de mise en cache ainsi que des accélérateurs de code. Ces outils sont généralement simples à mettre en place sans modifications profondes de votre serveur.

Conclusion

Il existe donc de nombreuses méthodes pour améliorer Moodle, elles sont généralement peu coûteuses mais demandent un peu de temps et d’esprit d’analyse. De plus, un problème est souvent isolé et donc si vous mettez le doigt dessus, vous avez de grandes chances de retrouver une plateforme Moodle parfaitement fonctionnelle.

Dans cette optique d’optimisation et pour vous offrir la meilleure expérience LMS, l’équipe IT de Symetrix a développé ses propres outils d’analyse et de contrôle utilisables sur des plateformes en cours de développement ou même en production.

 

Lien utile:

https://moodle.org/

Les outils du Social Learning

8 bonnes pratiques pour un social learning réussi

Grâce aux outils de partages et d’échanges issus du web 2.0, le social-learning offre des conditions d’apprentissage collaboratif bénéfiques à l’acquisition de connaissance. Il  favorise l’émergence naturelle de formations « informelles » entre collègues, là où la formation à distance ne proposait que des apprentissages formels non sociabilisés. En encourageant les apprenants à l’interaction via des forums, blogs, messageries, en créant un suivi de la formation et de ses évènements via des fils d’actualités ou autres tweets, il n’est plus question d’une transmission descendante du savoir mais d’une co-construction des connaissances.

Quelles sont donc les pratiques incontournables pour un social learning réussi ? Symetrix vous propose ici quelques exemples qui permettent de passer d’une vision « e-learning », pour laquelle les ressources étaient prédominantes, à une véritable vision « social learning », dans laquelle la manière de scénariser les ressources, de les mettre à disposition et de les associer à des outils web 2.0 va permettre la création de véritables liens humains entre les apprenants qui vont ainsi s’enrichir les uns les autres pour co-construire de nouvelles compétences.

 

Bonne pratique Bénéfice attendu Exemple d’activité mise en œuvre
Créer une communauté « d’apprenants » pour les faire communiquer, coopérer et participer efficacement. Favoriser le sentiment d’appartenance à une communauté Proposer une activité de type “ice breaking » au lancement d’un dispositif
Proposer des activités collaboratives Favoriser la collaboration entre les membres, co-construire les savoirs Donner l’accès à un glossaire éditable pour partager du contenu de manière collaborative
Proposer des activités de production et de partage d’idées Favoriser la production d’idées et le partage d’expérience Mettre à disposition un blog communautaire dans lequel les apprenants peuvent publier, commenter et évaluer des billets
Inciter les apprenants à interagir avec les autres membres de leur groupe via des forums ou messages privés Favoriser les interactions Mettre à disposition une salle de conférence en ligne dans laquelle les apprenants peuvent se rejoindre pour discuter et partager des documents
Afficher et animer les événements et actualités de la communauté Favoriser les échanges et animer le dispositif au-delà du cadre pédagogique formel Mettre en place un système de notification (via un réseau social ou par mail) pour informer des dernières actualités, activités disponibles, actions réalisées par les autres membres etc.
Mettre en place un système d’auto-évaluation et d’évaluation par les pairs Valoriser l’expérience et les compétences
Encourager la co-construction de connaissances
Valoriser l’évaluation par les pairs en comptabilisant les commentaires et les « like » déposés par d’autres apprenants sur un billet publié dans un blog communautaire
Mesurer la contribution de chaque membre et actionner les leviers de reconnaissance et de motivation Favoriser la participation et l’entraide Mettre en place un tableau de bord individuel permettant d’afficher les badges obtenus, le classement, la progression etc.
Gamifier l’approche collective pour favoriser la coopération et les échanges Favoriser la coopération
Augmenter la motivation
Mettre en place des badges collectifs, nécessitant soit la collaboration soit la coopération entre les membres d’un groupe