Cerveau et apprentissage

Une nouvelle catégorie de billets vient de naître : une veille orientée vers les sites et blogs anglophones faisant référence dans le monde du e-Learning et du Learning tout court.

Bonnes pratiques, nouvelles technos, recherche, je vous propose un tour d’horizon mensuel sur une thématique qui nous interpelle chez Symetrix et nous pousse à repenser nos méthodologies de gestion des savoirs…

Ce mois-ci, j’ai choisi « cerveau et apprentissage ».

 

Votre cerveau change

La dernière fois que vous avez lu un livre et qu’il faisait plus de 100 pages, avez-vous eu l’une des impressions suivantes :

  • je n’arrive pas à rester concentré
  • je pense à autre chose et perds le fil
  • je m’endors plus vite que d’habitude

Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, pas de panique, cela n’est pas dû (qu’) à votre âge. Ouf me direz-vous, mais pourquoi ces phénomènes ?

Et bien il se trouve qu’Internet, en plus de révolutionner nos communications est entrain de remodeler notre cerveau, ou plus précisément notre façon de penser. Là où avant vous pouviez tenir des heures à lire Guerre et Paix, vous devenez de moins en moins apte à le faire. Tout simplement parce que cela fait bientôt 10 ans que nous sommes soumis à de nouvelles lectures, hypertextuelles, plus superficielles aussi. Nous avons gagné en rapidité et de clic en clic faisons le tour d’un sujet mais le revers est que nous sommes de moins en moins concentré et que notre cerveau en s’adaptant perd peu à peu ses capacités d’attention longue.

Pour en savoir plus, je vous recommande ce livre (il vous en coûtera bien 4 jours de labeurs pour arriver au bout …) qui décrit précisément ce phénomène qui commence à être pris en compte dans la recherche scientifique… « The Shallows » (Atlantic Books, 2010) de Nicholas Carr.

 

Comment ne pas oublier ?

« It’s been said before but I think we’ve forgotten. We are programmed to forget. So we need reminding. Regularly ». Lars Hyland.

Alors que de nombreux modules sont encore créés sur le modèle 1 heure voire plus, la recherche a depuis longtemps démontré les bienfaits du découpage en petites unités (l’art du « chunking » en anglais). Vous augmenterez la rétention si vous en faites moins mais plus souvent.

Apprenez-en plus sur le « Spacing effect » et le « How to train your brain in minutes a day » en lisant l’article de Lars en entier : http://larsislearning.blogspot.com/2010/09/no-pain-more-gain-research-supports.html

 

Le « Just too late learning » est né !

Vous avez une nouvelle tâche à effectuer, vous avez reçu la formation ad hoc, mais dans le feu de l’action, maintenant là tout de suite, impossible de vous souvenir ? Comment faire ?

Vous pouvez faire appel à Trainer1, une société anglaise qui invente le concept du « Just too late Learning ».

Comment ça marche ? A l’aide d’un numéro de téléphone prédéfini que l’on vous aura fourni en amont, vous allez pouvoir engager une « Learning conversation » grâce à un programme pré-enregistré ou un programme « Text to speech ».

Rendez-vous sur http://www.trainer1.com pour en savoir plus sur leurs activités. Une idée à creuser pour inventer de nouvelles voies…