Culture Web et nouveaux modes d’apprentissage

Lors de la conférence Learning Talent & Development (22 juin 2010, Paris), 2 sessions étaient consacrées à la question « Nouvelles technologies et nouveaux modes d’apprentissage, les changements profonds entraînés par la culture Web ».

Génération Y, apprentissage 2.0, réseaux sociaux, social learning, communautés d’apprentissage : voilà les points évoqués au cours de cette session. Une thématique à la mode me direz-vous ? Effectivement, mais les changements entraînés par la démocratisation des nouvelles technologies et les nouveaux usages du Web sont réels : modes de communication, accès aux informations, apprentissage, travail, tous les comportements ont évolué, c’est une véritable culture qui est née, la culture Web.

La culture Web n’est pas réservée aux membres de la génération Y (qui désigne généralement les 20-30 ans). Avec la démocratisation d’Internet et son usage quotidien dans la vie privée comme dans la vie professionnelle, la culture Web touche presque toutes les générations. Il est donc essentiel d’adapter les dispositifs de formation à cette nouvelle culture qui imprègne nos comportements.

Quelques caractéristiques de la culture Web

Voici quelques traits caractéristiques de la nouvelle génération d’apprenants, adeptes du Web et des nouvelles technologies (présentation de Kristy ANAMATOU, Responsable du Blended Learning & Web 2.0 Expert chez EADS) :

De nouvelles aptitudes

  • Une sensibilité artistique plus développée
  • Un esprit de synthèse accru (naturellement mis en œuvre dans toute recherche d’informations sur le Net)
  • Une sensibilité au contexte dans lequel sont présentées les informations
  • Le travail en équipe
  • Le « multi » : multi-tâches, multi-discipline, multi-cultures.

Un nouveau mode de gestion des informations.

Avec la culture Web, la gestion de l’information se traduit de la manière suivante : trouver / valider / synthétiser / valoriser / communiquer / collaborer / résoudre des problèmes.

Un public très joueur.

La culture Web se caractérise également par une grande place faite au jeu : social games, serious games, casual games… Le jeu est partout sur le Web. Et même des dispositifs qui ne sont pas à proprement parler des jeux, tels que les réseaux sociaux par exemple, en ont en fait les caractéristiques et c’est ce qui expliquerait leur succès. Collectionner, gagner des points, avoir des rétroactions sur ses actions, échanger, interagir, personnaliser et s’approprier son environnement : voilà autant de caractéristiques du jeu qui suscitent engagement et motivation dans une activité et Facebook en constitue une parfaite illustration.

Des nouveaux dispositifs d’apprentissage et modes de travail

A partir de ces constats, il apparaît nécessaire de faire évoluer les dispositifs d’apprentissage : on ne peut plus se contenter de formations présentielles et e-Learning traditionnelles.

Pour s’adapter aux nouveaux modes d’apprentissage et de travail issus de la culture Web, des entreprises font évoluer leurs dispositifs de formation. En voici quelques exemples :

Chez Alstom University :

  • mise en place d’un programme pour accompagner la mise en place de communautés de pratiques et réseaux sociaux au sein de l’entreprise, favorisant ainsi les interactions en collaborateurs et le learning by sharing (partage des connaissances).

Des explications plus détaillées sur les différents types de communautés (communautés de pratique et réseaux sociaux) sont présentées dans la vidéo suivante (en anglais) :
http://www.youtube.com/watch?v=uJz-vcnpX_Q&feature=related

Une autre vidéo très intéressante présente la méthodologie mise en œuvre chez Alstom pour construire des communautés :
http://www.youtube.com/watch?v=IdiRW0zXqLU&feature=related

  • développement d’un Youtube interne à l’entreprise pour partager des vidéos sur des thématiques métiers.

Chez Groupama : mise en place d’un dispositif de formation mixte (Blended Learning) reposant sur l’utilisation d’une plateforme collaborative.

  • Thèmes de la formation : stratégie du groupe, culture internationale, performance et innovation.
  • Fonctionnalités mise à disposition sur la plateforme : page profil type Facebook pour chaque collaborateur, annuaire de contacts, blogs où chaque équipe partage ses réflexions sur les thématiques abordées dans la formation, journal synthétisant les échanges et productions issues de la session de formation, etc.

 

Les retours d’expérience sur ces différents projets sont très positifs. Toutefois les appels d’offres pour la mise en place de tels dispositifs de formation restent rares : quelques freins subsistent, notamment de la part des dirigeants qui ont souvent des réticences à l’idée de voir des informations erronées s’échanger entre les collaborateurs. Toutefois, une fois ces craintes dépassées grâce à la mise en place d’outils et de méthodologie adéquats, les bénéfices de la mise en œuvre de dispositifs communautaires sont indéniables : ils vont bien au-delà de l’apprentissage, c’est notamment le fonctionnement global de l’entreprise qui en bénéficie à travers le renforcement des liens entre les collaborateurs.