Des jeux de cartes pour apprendre

Toujours dans le but de vous donner des idées d’utilisation du jeu en formation, nous allons vous présenter un nouveau type de jeu-cadre de THIAGI : le jeu de cartes de classification.

Objectif visé :

  • mémoriser et associer rapidement des notions à des catégories ou des actions à des étapes d’un processus
  • comprendre les principes organisateurs d’une classification.

Ce type de jeu intervient après une présentation initiale aux participants de la classification ou du processus étudié.

Composition du jeu de cartes :

Le jeu est constitué de 60 à 120 cartes. Le processus ou le système de classification étudiés doivent être constitués de 4 à 7 étapes ou catégories. Chaque carte présente un élément lié à une étape du processus ou à une catégorie du système de classification traité.
Les éléments présentés sur les cartes peuvent être de diverse nature : des définitions, des caractéristiques clés, des exemples, des conseils, des citations, etc. Tout dépend du contenu abordé : à vous de créer les cartes adaptées à votre thématique de formation !

Lors de la préparation des cartes, on attribue à chacune, de façon aléatoire, un nombre à deux chiffres. Ces nombres de référence sont répertoriés dans un tableau qui permet de savoir à quelle catégorie est associée chaque carte.

Exemple d’utilisation :

Le jeu de carte de classification pourrait être utilisé pour familiariser de nouveaux collaborateurs avec le fonctionnement d’une entreprise : associer les activités de l’entreprise, les besoins et questions des employés avec les services concernés. Par exemple la carte « Demande de congés » est rattachée à la catégorie « Service ressources humaines ».

Les règles du jeu :

A partir des cartes créées, plusieurs jeux sont possibles. Nous présentons ici un exemple de règles simples pour mettre en œuvre une activité motivante et engageante.

But du jeu : pour gagner, un joueur doit se débarrasser de toutes ses cartes (synonyme : se défausser de ses cartes).
Etapes :

1- Distribuer 8 cartes à chaque joueur.
2- Le reste des cartes est placé face cachée sur la table et constitue la pioche.
3- La première carte de la pioche est retournée et placée à côté du tas de cartes. Elle constitue la première carte de la défausse (là où les joueurs placeront les cartes dont ils se débarrassent).
4- Chacun leur tour, les joueurs défaussent une carte selon l’un des critères suivants :
a. l’élément figurant sur leur carte est lié à la même catégorie que celui de la carte de la défausse (ex : les cartes « Demande de congés » et « Congé maternité » appartiennent à la même catégorie « Service ressources humaines »)
b. Ou le dernier chiffre du nombre référence de leur carte est identique à celui de la carte de la défausse.

Situations particulières :
Double correspondance : si une carte défaussée correspond aux deux critères cités ci-dessus, alors le joueur peut défausser n’importe quelle autre carte de sa main.
Pas de cartes à défausser : si un joueur n’a aucune carte à défausser, il pioche des cartes jusqu’à ce qu’il en trouve une qui corresponde aux critères de défausse.
Demande de vérification : si un joueur a un doute sur la validité de la carte défaussée par un adversaire, il peut demander une vérification. Si après consultation de la réponse dans le tableau de référence des cartes, il s’avère que c’était bien une erreur le joueur reprend sa carte défaussée et pioche une carte dans la main de celui qui a demandé la vérification.

5- Le jeu se termine quand il ne reste plus qu’un joueur à avoir des cartes en main.

Intérêt :

Ce jeu constitue une manière simple et efficace de mémoriser et même de comprendre des notions liées à une classification. Le principal ressort qui crée la motivation dans ce jeu est la compétition : il s’agit d’être le premier à se débarrasser de toutes ses cartes.
La problématique centrale lors de la conception d’un jeu pour la formation est de faire coïncider les principes de jeu et les objectifs pédagogiques. Le jeu de carte présenté ici remplit bien cette condition. Par exemple, la situation « demande de vérification » possède ce double intérêt d’être pertinente à la fois au niveau de l’objectif de jeu et de l’objectif de formation. En effet, du point de vue du jeu pur, cette règle offre une possibilité supplémentaire de se défausser d’une carte tout en pénalisant l’adversaire qui s’est trompé. De cette manière, les joueurs sont donc incités à être vigilants s’ils veulent avoir davantage d’opportunités d’atteindre la victoire. Cette incitation à la vigilance sur les réponses données par les autres participants est par ailleurs très positive d’un point de vue pédagogique : elle pousse les joueurs à la réflexion et entraîne des échanges autour des notions traitées. Pour ajouter un peu de piment : ce jeu contient une touche de hasard liée à la distribution initiale des cartes et à la pioche.

Pour résumer :

Une compétition créée par des règles simples faisant coïncider les objectifs du jeu et les objectifs de formation, saupoudré d’une pincée de hasard : et voici une bonne recette pour guider la conception de vos jeux pour la formation !

D’autres exemples de jeux de cartes pour la formation sont disponible sur le site de THIAGI.