Jeudi du Préau à la CCI de Paris

Créé en 1997 par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, Le Préau est un centre d’accompagnement pour la mise en œuvre des Technologies de l’Information et de la Communication dans l’Education et la Formation.

Il participe à la nécessaire sensibilisation des formateurs et des enseignants, des entreprises comme des centres de formation, à l’intégration des TICE, en leur proposant des ressources documentaires, des informations et actualités sur son site Internet, et des réunions bimestrielles libres et gratuites : les « Jeudi du Préau ».

Ces rencontres réunissent autour d’un thème choisi et d’actualité de la e-formation, des prestataires, des experts, des enseignants, des formateurs, des praticiens et plus généralement tout public intéressé par le e-learning. L’accent est mis sur les usages et les retours d’expériences de dispositifs de formation innovants s’appuyant sur les TICE.

Symetrix a dépêché un émissaire à la séance du 10 décembre 2009 de 17h à 19h, portant sur le thème : « Quelle place pour le e-learning dans la nouvelle loi orientation / formation ?».

Les intervenants de la séance, différentes parties prenantes de la formation professionnelle, ont présenté les principaux axes de la nouvelle loi, et ont témoigné de leurs pratiques.

La nouvelle loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a été définitivement adoptée par le Sénat le 14 octobre dernier. Son but est de consolider les parcours professionnels des salariés, élargir les dispositifs d’orientation et de formation des demandeurs d’emplois et des jeunes, tout en apportant un meilleur contrôle et plus de transparence dans ses modes de financement.

Alors que l’usage des technologies de l’information et de la communication dans la formation se généralise, que les modalités de la formation en ligne se diversifient, qu’elle impacte des publics de plus en plus nombreux, comment est pris en charge son financement ? Comment font les différents acteurs du secteur de la formation professionnelle (initiale et continue) pour lui permettre de se développer ? Quelles mesures pourraient faciliter la relation entre eux ?

Les intervenants de la séance, différentes parties prenantes de la formation professionnelle, ont présenté les principaux axes de la nouvelle loi, et ont témoigné de leurs pratiques.

Retour sur le programme et les grandes idées développées :

1ère intervention : les grandes orientations de la nouvelle loi sur l’orientation et la formation professionnelle de 2009, quelles ouvertures pour la formation en ligne ? Par Hélène CLEDAT (Juriste Délégation Formation & Compétences – CCIP)

  • Dans le cadre de la simplification et du développement de la formation tout au long de la vie, autorisation des salariés ayant plus d’un an d’ancienneté dans l’entreprise à bénéficier d’un congé individuel de formation ( CIF) entièrement pris hors temps de travail et financé par les organismes compétents (article 10).
  • Levée du seuil d’heures de formation minimum pour accéder au CIF en Formation Ouverte et A Distance (FOAD).

2ème intervention : les nouvelles orientations du FONGECIF Île-de-France en matière de prises en charge de la formation en ligne et premiers retours d’expérience. Par Caroline PIEDNOIRE (Chargée de mission Organismes de formation FONGECIF Ile de France)

  • Nouvelle prise en charge du CIF en formation à distance. Jusqu’à 2008, le FONGECIF prenait en charge la formation sur la base des heures de présence de l’apprenant. Pour une formation e-learning, cela correspondait seulement aux quelques heures de tutorat du programme, l’apprenant devait payer ¾ du coût de la formation. Actuellement le FONGECIF assume le coût pédagogique total de la formation.
  • Mise en place d’un Protocole Individuel de Formation (PIF), nécessaire pour bénéficier d’un programme en FOAD : par ce biais, le futur apprenant est informé de la méthodologie et des prérequis de l’e-learning
  • Acceptation des attestations à distance
  • A venir : développement de l’éventail d’offres de formations en FOAD, notamment par de nouveaux partenariats (CNED…), réflexion sur de nouveaux parcours complémentaires entre l’offre classique (présentiel) et FOAD (distanciel).

3ème intervention : le regard d’un OPCA sur la formation en ligne : l’OPCALIA Haute Normandie. Par Annie GRENIER (Chef de projet Emploi/Formation sur le projet Manage RH)

OPCA = Organisme Paritaire Collecteur Agrée, géré par les partenaires sociaux, collectant des fonds sur la masse salariale des entreprises adhérentes, pour le financement de la formation.

OPCALIA est un OPCA interprofessionnelle et interbranche, regroupant 45 000 entreprises adhérentes, et porte des projets innovants tournés vers les TICE.

  • Présentation de Manage RH, dispositif de FOAD individualisé et tutoré, à destination des cadres et managers et développé notamment pour les TPE et PME.
  • Il s’agit d’une base de connaissances et d’outils pratiques pour aborder la gestion des compétences. Les apprenants disposent de 3 mois pour réaliser une formation de 18 heures : 6 modules e-learning de 2h et 6h de tutorat individuel et collectif.
  • La conception et la réalisation de ce dispositif a été assumé en partie par des fonds européens : le coût pédagogique a ainsi été considérablement réduit pour les apprenants.

4ème intervention : retour d’expérience d’une grande entreprise. Comment impliquer toutes les parties prenantes pour une vraie prise en charge de la formation en ligne ? Par Maguelone Fallot-Bataille (SANOFI-AVENTIS)

  • Dans un contexte de transformation du marché pharmaceutique (augmentation des génériques, complexité de l’accès au marché), SANOFI-AVENTIS s’est ouvert au e-learning, pour former notamment les visiteurs médicaux qui sillonnent le territoire pour commercialiser les médicaments, et tous les employés pour accompagner le changement.
  • L’e-learning permet de réduire un budget formation important (budget 2010 : 12 millions d’€)
  • Les apprenants sont ici en moyenne assez âgés et moyennement ouverts aux nouvelles technologies. L’introduction de la formation à distance suscite des inquiétudes et peut devenir un sujet de tension dans le dialogue social.
  • Points relevés : l’e-learning pourrait isoler les visiteurs médicaux, s’inscrire sur le temps personnel, ou inversement prendre de la place sur le temps de travail, l’entreprise pourrait surveiller les employés, notamment par le biais du traçage des évaluations.
  • Solution : organisation d’un comité d’entreprise sur le sujet « Quel projet de formation chez SANOFI-AVENTIS ?», qui a amené à la co-construction d’une charte de bon usage de la formation à distance, précisant notamment les usages et modalités d’utilisation du e-learning.