Symetrix à l’heure du Bilan Carbone®

Dans un contexte politique soutenant fortement les actions pour la protection de l’environnement (Grenelle entre autre), face à une réalité qu’on ne peut plus nier (la responsabilité humaine forte dans les modifications climatiques futures), Symetrix s’est depuis le printemps engagé dans la réalisation de son Bilan Carbone® « entreprise ».

Et le verdict est tombé cette semaine :
la société Evolution Environnement nous a fait la synthèse de ses travaux après 6 mois d’examens minutieux de nos livres comptables, du contenu de nos tiroirs, de nos outils de travail, de tous les déplacements liés à notre activité… et la conclusion est sans appel : Vincent doit changer de voiture !

Retours sur les bases de cette démarche…

Qu’est ce que « Le Bilan Carbone® » ?

C’est un outil de comptabilisation des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). A partir d’un grand nombre de données stockées dans un tableur Excel (régulièrement mises à jour par l’ADEME et facilement personnalisables si nécessaire), il permet une évaluation assez précise des émissions directes ou induites par une activité (économique ou non) ou un territoire. Est également proposée une estimation de la dépendance des activités aux énergies fossiles et donc la fragilité à terme pour ce critère. Des actions de réductions peuvent enfin être simulées afin d’engager la structure dans des actions concrètes.

En quelques mots, c’est une méthode développée par Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) qui permet de lutter de façon concrète contre le réchauffement climatique en quantifiant l’ensemble des émissions des GES d’une organisation (entreprise ou collectivité). Cette quantification des émissions est ce que l’on appelle l’empreinte carbone.

A la suite de ce Bilan Carbone®, l’organisation peut plus facilement mettre en place les plans d’actions appropriés afin de réduire ses émissions de GES, car elle connait alors son fonctionnement et surtout dans quel secteur elle les émet.

Cette méthode s’adresse à toutes les structures, quelque soit leur taille et leur secteur d’activité (agricole, BTP, industries, services, transports), qu’elles soient privées ou publiques.

Intérêt d’une démarche Bilan Carbone® en quatre points

  1. Adapter son entreprise aux défis environnementaux
  2. Se mettre en conformité avec la loi et anticiper la fiscalité carbone
  3. Développer l’image sociale et le marketing environnemental de l’entreprise ou de la collectivité
  4. Bénéficier d’un impact direct sur son compte de résultat et limiter sa dépendance aux énergies fossiles

Pourquoi le Bilan Carbone® chez Symetrix ?

Pour les quatre points évoqués plus haut vous répondrais-je … mais c’est aussi une préoccupation de la majorité de nos collaborateurs, un état d’esprit en quelques sortes.

A travers ce Bilan Carbone®, nous recherchons avant tout les moyens d’économiser des énergies fortement émettrices. Cette communication aura aussi à terme pour but de nous différencier de la concurrence en misant sur une stratégie concrète de développement durable.

La démarche en 7 points

  1. Définition du champ d’étude
  2. Collecte des données
  3. Analyse des données
  4. Exploitation des résultats / état des lieux des émissions
  5. Proposition d’actions de réduction
  6. Lancement d’action de réduction (avec un accent particulier sur les méthodes de conduite du changement)
  7. Suivi

Les conclusions chez Symetrix

Comme évoqué dans l’introduction, les déplacements sont le point noir de notre Bilan Carbone®. Malgré un usage relativement massif des transports en commun, du covoiturage et du transport « pédestre », les déplacements en TER ou en Scénic ( 🙂 ) impactent lourdement notre empreinte carbone.
Second pôle : les amortissements ou encore équipements informatiques que nous détenons en masse. En effet, les achats d’ordinateurs n’ont pas été jusqu’à présent impulsés par le facteur « vert ».
Et enfin, notre système de climatisation réversible doit non seulement répondre maintenant aux exigences règlementaires mais aussi faire l’objet d’une réflexion amont : optimisation technique (gaz frigorigène le plus « climat compatible ») et de gestion.

Points positifs : notre attention particulière à ne pas ou peu laisser de « machines » en veille, le tri des déchets et le peu d’activités de Fret que nous générons.

Les recommandations

  • Sélectionner les équipements informatiques les plus indispensables et les plus « durables » pour l’activité de l’entreprise. S’engager dans une démarche d’achats « responsable » en privilégiant les équipements dont les émissions ont été réduites à la conception
  • Appliquer les principes de « l’éco-conduite ». Réduction possible par le covoiturage et le télé travail. Pour les déplacements, regrouper les interventions à distance et localiser les rendez-vous
  • Axer sur la conservation des acquis et s’investir dans l’éco-communication
  • Revoir la chaîne du froid
  • Veiller à ne pas laisser d’appareils en mode veille à la fermeture de l’entreprise et utiliser des équipements basse tension

A termes, ces actions devraient nous amener à réduire de manière significative nos émissions de CO2