Conférence sur les jeux : petits plaisirs associés

Voici un premier billet pour vous faire partager la conférence ISAGA 2009 qui s’est tenue du 29 juin au 03 juillet 2009 à Singapour.

Pour commencer, nous vous proposons un panorama des moments où le jeu a pris le pas sur le sérieux, pour notre plus grand plaisir ! Ne vous y trompez pas, des moments sérieux il y en a eu beaucoup pendant ces 5 jours de conférence, ils feront l’objet d’autres billets…

Dans une conférence sur les jeux, ayant pour thème « Learn to Game, Game to Learn » (Apprendre à jouer, jouer pour apprendre), les intervenants, venant des quatre coins du monde, ont bien évidemment tous un certain attrait pour le jeu. Les plus enthousiastes nous ont fait partager leur passion et leur expérience sans se prendre trop au sérieux. Rien de tel pour vous tenir éveillé malgré la fatigue du décalage horaire, le climat tropical et les présentations qui s’enchaînent !

Morceaux choisis :

  • Le Professeur Dmitri KAVTARADZE, en véritable showman, a émaillé son intervention de petites expériences magico-ludiques auxquelles il a fait participer l’audience ; une illustration concrète de ses propos sur la capacité du jeu à fournir de nouveaux points de vue sur les choses et à offrir des expérimentations concrètes. En prime : bonne humeur garantie !

Dmitri KAVTARADZE Conference Isaga.jpg

  • Une présentation des plus originales : à la place des diapositives de présentation habituelles, nous nous sommes retrouvés en plein cœur de Second Life, en face d’un avatar qui nous a présenté des panneaux supports de la présentation. Et le plus déroutant c’est que la présentatrice « réelle » était habillée exactement de la même façon que son double « virtuel »… Cette intervention atypique était d’autant plus pertinente qu’il s’agissait de présenter l’utilisation de Second Life comme support à un projet de rénovation d’une ville taïwannaise.
  • Le Professeur Chang SHIH-TSUNG, créateur et collectionneur de jeux passionné, enseignant au département éducation de l’université de Taipei, nous montre que ce n’est pas la technologie qui fait la valeur des jouets. Une simple feuille de papier peut se transformer en magnifique papillon, quelques baguettes (vous savez celles avec lesquelles on mange en Asie), des bouts de ficelle et des élastiques deviennent un pistolet : des heures d’amusement en perspective pour nos chères têtes blondes et pas le moindre composant électronique à l’horizon… Recette pour faire retomber en enfance une salle pleine d’adultes trop sérieux : faites leur faire des cocottes en papier ! Nous, on a adoré !
  • Pour éviter que les participants ne s’endorment, les fins de journées étaient consacrées à des sessions interactives, mettant le public en action en lui faisant tester des jeux. Nous avons ainsi participé à plusieurs jeux utilisés pour la formation, dont Inno-Game : un jeu présentiel destiné à comprendre les processus d’innovation au cœur d’une entreprise, qui peut aussi servir à favoriser la production d’idées innovantes. Ce jeu est « fait maison » par Karien DOMMERHOLT, une jeune néerlandaise, enseignante dans une école d’ingénieurs, elle aussi passionnée et à l’enthousiasme contagieux. Prenons exemple !

Comme vous pouvez le constater, une grande diversité d’intervenants composait cette conférence, ce qui nous a procuré un programme très riche : de Taïwan aux Pays-bas en passant par la Russie, nous retrouvons partout l’intérêt pour l’utilisation du jeu dans la formation.