Comment appréhender un public cible ?

Dans tout projet de formation, une des premières tâches du concepteur pédagogique est l’identification du public cible auquel va s’adresser l’action de formation. Il doit pouvoir répondre à la question suivante : qui sont les futurs apprenants ?

Le e-Learning n’échappe pas à cette règle, même si l’on se retrouve parfois face à un public constitué de nombreux apprenants aux profils très hétérogènes et pas toujours bien décrits – cette description se réduisant la plupart du temps à leur fonction et leur expérience sur le sujet traité.

Mais il est nécessaire de prendre en compte le public auquel elle s’adresse et ses propres caractéristiques pour rendre une formation efficace et motivante.

Pour mieux analyser un public, il est donc important de ce poser un certain nombre de questions, même si elles ne peuvent pas toujours avoir de réponse (notamment si le public à former ou à évaluer est trop vaste, trop hétérogène ou difficile à caractériser) :

  • le public est-il homogène ou hétérogène ?
  • quel est le métier du public cible ?
  • dans quelle tranche d’âge se situe-t-il ?
  • à combien d’apprenants s’adresse-t-on ?
  • quelles sont leurs compétences en informatique ?
  • sont-ils sensibilisés à l’utilisation des nouvelles technologies ?
  • quel est le niveau de compétences et l’ancienneté des apprenants dans leur métier ?
  • quelle est l’expérience des apprenants sur le sujet de l’évaluation ?
  • quelles sont leurs attentes ?
  • quelle est leur motivation à réaliser cette formation ?
  • la formation implique-t-elle un enjeu professionnel ?

La réponse à ces questions a un impact sur l’acte de conception, car elles peuvent induire un style ou des types d’activités à privilégier en fonction du public auquel on s’adresse.

Par exemple, si le groupe d’apprenants ciblé a peu de compétences en informatique, le concepteur pédagogique va apporter un soin particulier à l’écriture des consignes et privilégier l’utilisation d’un agent pédagogique (une mascotte) pour les accompagner et les guider.

Si l’enjeu de l’évaluation pédagogique en fin de formation est fort, dans le cadre d’une évolution professionnelle par exemple, des questions de type QCM vont être utilisées pour renforcer l’aspect formel, puisque l’apprenant est au départ déjà très impliqué.

Si au contraire l’enjeu est moindre mais la motivation de l’apprenant est à développer, la diversité des activités, l’immersion dans un scénario de type Learning Game et l’utilisation de médias variés peut participer à rendre l’action de formation plus efficace.