Roger CAILLOIS, l’incontournable…

Auteur incontournable lorsque l’on s’intéresse au jeu (nous l’avons d’ailleurs cité à plusieurs reprises sur ce blog…), Roger Caillois méritait que nous lui consacrions un billet… C’est chose faite !

Cet écrivain et critique littéraire français (1913-1978), agrégé de grammaire, a produit un travail original nourri de sociologie et d’anthropologie. Ce qui nous intéresse tout particulièrement, c’est sa réflexion sur le rapport entre Les jeux et les hommes (Caillois, 1967).

Dans cet ouvrage, Roger Caillois vise « l’élaboration d’une théorie de la civilisation et une nouvelle interprétation des différentes cultures, des sociétés primitives aux sociétés contemporaines » en s’intéressant au jeu, activité commune à toutes les civilisations.

Pour débuter son travail d’analyse, il a tout d’abord élaboré une classification des jeux basée sur l’attitude des joueurs. Il distingue ainsi quatre catégories, relatives à ce qui prédomine dans le jeu :

  • Agôn pour la compétition et la présence d’un objectif de victoire face à un adversaire,
  • Alea pour les jeux fondés sur le hasard,
  • Mimicry pour les jeux dits de simulacre (tels que les jeux de rôle ou le théâtre),
  • Ilinx pour la recherche du vertige.

Chaque catégorie n’est pas exclusive, il est en effet fréquent que dans un même jeu, plusieurs de ces éléments se combinent.

Par ailleurs, Caillois complète cette classification par la définition de deux pôles qui situent les jeux selon la présence plus ou moins forte de règles : d’un côté la païda pour les jeux libres, et à l’opposé le ludus pour les jeux respectant des conventions clairement définies.

Même si ce travail date quelque peu, et que les jeux ont évolué depuis cette époque, il n’en reste pas moins intéressant. La classification de Caillois met en évidence quatre ressorts de jeux fondamentaux, encore valables aujourd’hui : la compétition, le hasard, le simulacre et la recherche du vertige. Sans doute ce travail mériterait-il d’être confronté aux nouvelles modalités offertes par les jeux en ligne massivement multijoueurs : est-ce qu’il en ressortirait une nouvelle catégorie ? Est-ce que les adeptes de MMORPG (Massively Multiplayer Online Role-Playing Game) recherchent autre chose que la compétition et le simulacre ?

Nous menons actuellement une réflexion pour définir un lien éventuel entre les catégories de Caillois et les usages pédagogiques des jeux : par exemple, peut-on définir des objectifs pédagogiques ou des compétences spécifiques pour lesquelles des jeux de type Agôn seraient les plus adaptés ?

Comme souvent, nous ouvrons des perspectives et vous abandonnons sur des questions en suspens… Restez fidèles, nul doute que prochainement nous vous livrerons les fruits de nos réflexions, réponses à toutes ces interrogations !