Conception pédagogique et vacances sont des mots…

…Qui vont très bien ensemble.

Les vacances de février sont finies, Grenoble a été rendue à son calme et sa rocade à son 90. Les stations de ski ont également fermé sorti leur vraie neige pour les locaux. Moi-même je rentre de vacances bien méritées, pendant lesquelles j’ai fait une intéressante découverte : la conception de modules, c’est exactement comme celle des vacances !

C’est vrai quoi, on en attend le meilleur, on les a rêvés des heures, amoureusement concoctés, planifiés au moindre détail, et rien ne saurait venir les gâcher…
Rien ?
Un beau jour, vous décidez : tiens, et si on partait en vacances ? Les enfants sautent de joie, le conjoint appelle mentalement sa banque. C’est parti pour la recherche du lieu idéal.

Un jour un client se dit : tiens, si je faisais un module e-Learning ?

Quelques jours ou semaines plus tard, vous avez trouvé la perle rare. Aux pieds des pistes ou les pieds dans le sable, vue sur Belledonne ou sur le mont Saint Michel, voici une location qui réunit toutes les conditions requises pour passer de merveilleuses vacances familiales….

Quelques jours ou semaines plus tard, le client a trouvé Symetrix, la perle rare. Aux pieds des pistes, vue sur Belledonne, une petite société où il fait bon passer des vacances faire des modules. Cette société répond à tous les critères requis pour que sa formation soit un succès.

Au moment où la réservation est sur le point d’être acceptée, nous annonçons la destination à nos enfants. « Les enfants, nous partons en vacances ! » « Super ! » « Nous allons au Mont Saint Michel ! » « Oh nonnnnnnn ! On voulait repartir à Royan nous ! » 1er couac. Où l’on apprend qu’il faut identifier et impliquer les décideurs dès l’ORIGINE du projet.

Le contrat a été signé et le concepteur s’est mis au travail. Il a bientôt terminé les premiers écrans quand le client appelle un matin et annonce qu’en lieu et place d’un module de 1h rapide, il faut maintenant une formation de 4h avec sons et images. Il nous promet un nouveau référentiel dans la semaine. Où l’on apprend que le client est roi.

Quelques semaines et une nouvelle réservation plus tard, le jour tant attendu du départ est arrivé ! Les valises sont prêtes, la voiture chargée, les enfants attachés, hurlant jouant gentiment dans leurs sièges. Attention au départ, attention à la fermeture des portes. Quand un cri strident retentit : Mamannnnnnnnn ! J’ai pas pris mon doudou !!!!!!!!!!!! Où l’on comprend l’intérêt des boules quiès. Où l’on apprend qu’on NE peut PAS partir sans avoir TOUS les éléments validés.

Le module est maintenant conçu et la production s’apprête à intervenir quand tout à coup, le client appelle : nous venons d’effectuer une dernière relecture et il apparaît qu’il manque environ 10 écrans afin que la formation soit cohérente. Où l’on apprend que capacité d’adaptation et flexibilité sont les maitre-mots en e-Learning.

Enfin arrivés ! Le soleil, la plage, le ciel bleu, le club enfant, le répit ! Le repos ! Le premier jour passe comme dans un rêve, jeux de plage, baignade, bronzage, les soucis s’envolent avec le vent chaud. Dîner sur la terrasse du chalet….aaaaatttttccccchhoouummm ! Maman, j’ai mal à la tête et j’ai froid. Où l’on apprend qu’un élément vous manque et tout est buggé.

La production a enfin démarré, les story-boards sont d’équerre et l’informaticien s’attaque gaiement au premier écran, la fleur au fusil, il commande, intègre et arrange les éléments. Mais brusquement c’est le drame. Courseliner plante. Ecran noir. Petits mots doux entre l’homme et la machine. Lumière. Consternation, tout est à refaire. Où l’on apprend qu’il faut avoir un back up à jour.

Les vacances sont déjà terminées. Enfin, il reste officiellement 7 jours, mais elles sont d’ores été déjà finies. La nuit qui suit le premier éternuement est cauchemardesque, faire baisser la fièvre, maintenir au chaud, éponger, bref. Les jours suivants, la toux s’en mêle, puis le petit dernier attrape le virus. Au 5ème jour, le chalet ressemble à une annexe de cabinet médical, les kleenex s’entassent et le soleil décline à l’horizon. Où l’on apprend que remettre sur pied une famille entière, ça prend du temps.

Après la coupure malencontreuse, le module va de mal en pis. Illustrations manquantes, Templates récalcitrantes, textes trop longs, il faut bien 5 jours supplémentaires à la production pour venir à bout de la réalisation. Le client trépigne et le concepteur déprime. Où l’on apprend que la passion entre un module et ses créateurs dure 3 jours puis survient la crise des 7 semaines et enfin le divorce au 3ème mois.

Les microbes sont vaincus, toute la famille est d’attaque. Ben oui mais c’est le jour du départ ! On se console toujours en se disant que c’est plus pratique que les enfants soient malades en vacances plutôt qu’à l’école, pas de problème de garde. Et puis, ils auront quand même profité de l’air iodé 1 heure au moins. Où l’on apprend que les vacances, heureusement, ça existe aussi en version hiver.

Dernier commentaire traité, module terminé, prêt à se frotter aux apprenants. Ben oui, mais ça fait longtemps que le client l’attend. On lui annonce la sortie du module, il nous annonce la sortie de la version 2 de sa formation. On se console toujours en se disant que le premier nous aura permis de nous mettre en jambe et que le second sera d’autant plus réussi grâce aux leçons apprises. Où l’on apprend que le e-Learning rime avec never-ending (story).

Epilogue : Je suis revenue toute bronzé et heureuse d’avoir profité de ces quelques jours de vacances. Mes modules ont été produits avec succès et font le bonheur de mes clients.

Toute ressemblance avec la vraie vie chez Symetrix ne serait que pure coïncidence.